AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tomas O'Malley

Aller en bas 
AuteurMessage
Tomas O'Malley

avatar

Mes écrits : 13
Date d'inscription : 11/12/2009

MessageSujet: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 0:09

    ÉTAT CIVIL

      [*]Nom : O’Malley

      [*]Prénom : Tomas

    • Surnom : Tom, Tomy, Tomy-Tom, O’Malley (faîtes votre choix XD)

      [*]Âge : 36 ans

    • Statut Social / Métier : Garagiste

      [*]Sexe : Masculin

    • Race : Humain

      [*]Planète d'origine : La Terre

    • Planète de localisation : Terre

    • Lieu de Vie : Glasgow



    DÉSCRIPTION


      [*]Description Physique :
      . Tout suite il y a un truc qui frappe : Son mètre quatre-vingt neuf. Tomas est en effet très grand, disons plus que la moyenne des gens, et est loin d’être un homme avec de la taille mais pas de carrure, le type carencé, oh non ! Large d’épaule, on le verrait facilement en déménageur. Bref, il est large, carré, mode brique de jus d’orange quoi. Pas de quoi chercher plus loin. Quoi qu’il est vrai qu’il est très agile, de par avoir travaillé dans un cirque durant presque 15 ans, ça aide. Bref. Voici la description morphologique de notre lascar faite, ensuite…
      Il a un visage carré, les cheveux bruns longs et le plus souvent attachés en catogan ; N’est jamais vraiment rasé, du moins pas de près. Et des yeux verts. Il a une cicatrice à l’épaule gauche, reste d’un accident de voiture. Que dire de plus…Que voulez-vous savoir surtout ? Bon, on va passer à ses goûts vestimentaires, je ne pense pas qu’un panneau recensant les différentes longueurs de poils de sa barbe de trois jours vous intéresse des masses…

      Donc, ses vêtements…Du jean, du jean, et encore du jean. C’est une vraie seconde peau chez lui. Si un jour vous le voyez porter un smoking ou même un simple costume, prenez-le en photo, ça sera à garder dans les annales. Pantalons et vestes, tout en jean, le reste, en ce qu’il trouve de confortable. Que ce soit des débardeurs, des t-shirts, des polos et hauts en tout genre. Mais peu de chemise. Il n’est pas très chemises, il trouve cela trop raide, trop rigide et ça lui fait trop penser à un carcan pour se sentir suffisamment à l’aise dedans pour en porter. Ca lui arrive quand il doit se rendre présentable, mais c’est très rare.


      [*]Description Mentale :
      . La première chose que l’on remarque chez cet homme : Un indéniable charisme et une rare impertinence. Homme de parole, il ne manquera jamais une promesse sauf si c’est pour une raison d’une haute importance…ou gravité. Cependant il a la mauvaise manie de jouer sur les mots lorsque ça lui chante. D’ailleurs, retenez bien ceci : Tomas a un sacré franc parlé, il ne mâche pas ses mots et vous lâchera vos quatre vérité à la tête si jamais vous entrez dans ses mauvaises grâces. Sa franchise est parfois blessante, car il ne se rend pas forcément compte de l’impact qu’elle peut avoir sur les autres. Cependant, il sait parfaitement choisir ses mots quand il en a besoin, en vue de provoquer une réaction chez son interlocuteur, que ce soit de la révolte, de la colère ou bien autre chose, et là il peut être franchement horripilant.

      Et lui alors ? Eh bien malgré certaines apparences, il est susceptible, mais ne le montre pas ouvertement, et tente dans la plupart des cas de le tourner en autodérision, art qu’il se plaît à manier aussi quand on ne l’insulte pas. Et même, dans les situations les plus désespérées, il garde son calme en plaisantant. Il ne panique pas, il peut s’énerver, mais ne panique pas. Ce grand dadet est aussi un poil rancunier, il ne l’est pas longtemps et n’est pas du genre à se venger, mais ne vous étonnez pas si il vous fait la tête un ou deux jours…Pourtant, si jamais vous le blessez profondément, il pourra vous en vouloir bien plus longtemps. Cela se traduit souvent par une communication au point mort (des réponses plus que vagues voir laconiques, il ne vous regarde presque pas) un évitement spontané…Bref. En gros il vous effacera de sa vie de la seule manière qu’il connaît : Couper les ponts.

      Autant dire que c’est un sanguin. Si Tomas entend, voit, ou lit quelque chose qui ne lui plaît pas, soyez sûr qu’il n’attendra pas la St Glinglin pour réagir. Ne le croyez pas totalement fermé à l’avis des autres non plus. Mais il y a des choses avec lesquelles il ne faut pas jouer, des actes et gestes à ne pas avoir, des choses à ne pas dire en face de lui. Pour peu qu’il lise une histoire dans ce goût-là dans le journal, il va être de mauvais poil toute la journée, et gare à vous si jamais il peut retrouver celui ou celle qui a fait un truc pareil, il n’hésitera pas à y aller de sa violence pour corriger le problème.

      Mais ne le prenez pas pour un gros bourrin non plus. Il sait engager facilement et calmement une conversation, aime plaisanter, rire et faire rire, en fait il est très amical, et est resté un grand gamin dans l’âme, certain disent même qu’il est presque un bouffon, faisant ressortir ce côté auprès des jeunes. Il est aussi charmeur à ses heures, et surtout très taquin et joueur. Cependant, s’il refuse d’aborder un sujet, il vous est vivement déconseillé d’insister, il deviendrait aussitôt froid, distant, et se refermerait comme une huître.

      Tenant à sa liberté comme pas deux, cet homme aux cheveux blanc déteste toute entrave à ses mouvements, même minime, et ce, depuis son entrée dans le cirque. De même, ne l’obligez pas à aller là où il ne veut pas, il pourrait devenir extrêmement actif pour se débattre, pouvant aller jusqu’à devenir violent. Par nature il ne l’est pas, mais si on le pousse à bout, dans ses derniers retranchements, il peut laisser exploser sa violence. Cela est rare, très rare, généralement il préfère s’en aller pour frapper quelque chose d’inanimé plutôt qu’un humain ou un être de forme vivant (sauf cas exceptionnels). Toujours dans le registre de la liberté, Tomas déteste qu’on le mette devant le fait accompli, car dans ces cas-là il est acculé et n’a plus de liberté de choix. Sans compter que son franc parlé est aussi une preuve de sa soif de liberté : Toujours exprimer ses pensées (enfin dans la plupart des cas) sans avoir de barrières…

      Son plus gros défaut ? Sans doute son égoïsme. Tomas est en effet un homme plutôt égoïste, mais qui ne l’assume pas vraiment. En fait, il ne se rend pas réellement compte de son propre égoïsme.

      Bien que n’aimant pas se faire manipuler, il peut lui arriver de rentrer dans le jeu de quelqu’un, s’il sait qu’il pourra le prendre à revers. Mais si quelqu’un arrive un jour à la manipuler alors qu’il ne le voulait pas, Tomas n’essayera pas de se venger, pensant que si quelqu’un a réussi à l’utiliser c’est ainsi et puis voilà, mais en revanche, il ne se pardonnera pas cela à lui-même.

      Malgré les apparences qu’il veut donner Tomas est quelqu’un d’extrêmement intelligent, perspicace et de très observateur (tout ce qu’il voit ou entend peut rester longtemps enregistré dans son cerveau…Alors faîtes attention à ce que vous dîtes) ; il a parfaitement compris la psychologie humaine, comment se comporte les hommes, ce qui lui offre une certaine facilité à comprendre les gens, pas les gens trop complexes certes, mais cela lui donne parfois l'occasion d'aider les gens, ou bien de se retrouver au commissariat pour coups et blessures m'enfin...Généralement il finit toujours par se payer la tête des agents, juste pour s’amuser…

      S’amuser il aime ça: Il aime se moquer de ceux qui croient l’avoir sous contrôle -car soyons clair : il ne se laissera dominer par personne, jamais, il tient trop à sa liberté pour cela, et ceux qui ont déjà tenté de le soumettre, l’humilier ou le rabaisser s’y sont casser les dents (au sens propre comme au figuré).
      Sans compter qu’il est extrêmement patient, pouvant attendre le temps qu’il lui faudra pour faire céder sa victime la personne qu’il a dans le collimateur. De plus, il est…Comment expliquer…Il n’hésite pas dans ses actes, quand il est décidé, il est décidé, et il est très dur de le faire changer d’avis. Une vraie tête de mule le Tomas. Il peut changer du tout au tout : Si, quand il joue le routier pas très futé, il est gentil, avenant, très souriant et à l'apparence qui vous donne envie de lui faire confiance (malgré sa carrure qui rend un poil méfiant quand on ne le connaît pas XD) et qui ne semble pas très attentif, Tomas peut devenir un vrai prédateur, mettant tout en œuvre pour atteindre ses objectifs, calculant tout ou presque, cherchant tous les moyens possibles pour y arriver.

      Et encore cela est quand il est calme, parce que quand il est vraiment en colère cela n’a rien d’impressionnant visuellement parlant dirons-nous, mais il est terrifiant à sa façon : Il ne parle que peu, ne posant que des questions, soit pour avoir des réponses, soit des questions purement rhétoriques ou sans aucun sens pour simplement mettre à mal la confiance ou le calme de ses adversaires ; Son regard devient alors brûlant de colère, plus aucun sourire ne s’affiche sur son visage, et la violence l’emporte. Lui faisant tout détruire, ou tenter de détruire et ce, avec un calme inébranlable, une minutie à la limite du maniaque, une cruauté qui n’a pas de limite qu’une fois sa pulsion éteinte.
      Voulez-vous connaître ce qui est, je pense, le pire à propos de ce comportement ? C’est qu’il ne le regrettera pas, il ne s’en vantera pas non plus, il répondra franchement. Pas de détour, pas de faux-semblant, pour une raison simple : s’il est entré dans un tel état de colère c’est que la raison le demandait et dans ce cas, pourquoi regretter si l’acte est justifié ? Blâme-t-on un policier lorsqu’il tue un malfaiteur alors que ce dernier menaçait un otage ? Blâme-t-on un médecin lorsqu’il ampute quelqu’un dont la jambe est infectée ? Non. Eh bien les motivations de la colère de Tomas sont du même acabit..

      Les insultes et les accusations coulent sur lui comme de l'eau sur les vitres; La plupart du temps. Il se connait très bien, il sait quand une accusation est vrai ou non, et si elle l'est, il ne réfutera pas. Pourquoi se mentir? Pour paraître bien? Futilité ; il agit, il assume. Par contre dans le cas d'une accusation mensongère, il sera plus que véhément dans sa défense, refusant de voir son honneur salit par quelconque diffamation.

      Alors il a un jeu qui énerve souvent ses semblable et qui l’amuse au plus haut point. Parfois, sans raison apparente, il va essayer de faire sortir quelqu’un de ses gonds, juste pour voir. Ca l’amuse, c’est son petit coté provocateur qui provoque ça, faut pas lui en vouloir, au fond, il est resté un grand gamin…Un grand gamin très énervant, certes, mais un grand gamin quand même.

      Voilà le genre de personne qu’il est, mais cela, il ne le montre pas, préférant passer pour un idiot, un homme qui parle tout seul (poussant presque vers la schizophrénie), un homme distrait…Bref, un être à l’opposé de ce qu’il est.
      Cependant ce n’est pas par honte qu’il fait cela, c’est simplement parce qu’il sait très bien que les gens comme lui ne sont pas adaptés pour la vie en société dite "civilisée" ; ainsi il ne porte jamais de jugement, de quelque sujet que soit, sachant pertinemment qu’il n’est pas un bon juge, ou plutôt qu’il n’est pas en droit de juger les gens vu son statut ; Il donne son avis ; Ah ! ça oui pour donner un avis il est le premier, mais il ne juge pas.
      Si quelqu’un découvre sa supercherie, il répondra franchement. Oui il est un homme franc qui dit clairement ce qu’il pense, tout en ayant un grand tact, afin de ne pas s’attirer plus d’ennemie qu’il ne lui en faut.

      Nous avons dit plus haut qu’il parlait tout seul, mais cela est-ce bien prudent ? Dans un monde où chacun est prêt à utiliser toute révélation pouvant servir ses intérêts, sans compter les aliens télépathes, donner aussi librement ses pensées…Mais détrompez-vous, il ne se confie pas ainsi aux autres ; Il donne en réalité…De fausses pensées dirons-nous. Il blablate, il déblatère des choses qui peuvent paraître sincères, justes, et si profondes…Pourtant ce ne seront que des soucis de surface, que des idées en l’air, que des confessions de tartuffe…Gardant ses pensées secrètes…Secrètes justement. Tout aussi protecteur qu’amical, cette face-là de lui-même il ne la montre que peu, préférant agir dans l’ombre pour protéger (et déteste qu’on le lui fasse remarquer) il préfère rester très discret lorsque qu’il tient à quelqu’un, au cas où ceux qui lui en voudraient auraient la somptueuse idée de s’en servir contre lui. Car malgré ce qu’il affiche, Tomas n’est pas totalement sans cœur, si il y a bien une faiblesse que l‘on pourra à jamais exploiter chez lui : Menacer quelqu’un à qui il tient. Mais cela…Encore faut-il savoir qui frapper et comment….
      Toujours à l’écoute des gens, Tomas est le parfait confident, il écoute, conseil s’il le peut et réconforte les gens qui le demande (bien qu’il ne soit que moyennement doué pour cela). En fait, il est toujours là pour les autres et ne se plaint que de broutilles, du genre "sont où les gâteaux ?" (quoi qu’une pénurie de gâteau peut-être très grave !!! XD) Car oui, notre Tomas est un gros mangeur, comme on dit, plus c’est grand, plus c’est goinfre.


    • Capacités /Pouvoirs :
      . Hum…Celui de te faire sortir de tes gonds ? Plus sérieusement aucun en particulier.


    • Arme :
      . Un batte de base-ball caché sous son lit, au cas où…


    • Objet :
      . Oulaaaah…Il en a beaucoup. Mais son briquet et son paquet de clope en premier je dirais.


    • Mode de déplacement :
      . La moto



      BIOGRAPHIE


    Né en plein automne de l’année 1973 à Kilkenny (République d’Irlande), le jeune Tomas fut abandonné par ses parents. Pourquoi, cela reste un mystère ; Peut-être était-il le fruit d’une union interdite, entre une femme mariée et son amant ? Ou l’inverse ? Ou bien que ses parents ne pouvaient pas l’élever ? Cette question restera à jamais sans réponse pour l’humain…Recueillit par l’orphelinat local (qui se trouvait être rattaché à l’église, ce qui signifiait donc peu d’enfants), le jeune garçon vécut entouré d’autre enfants abandonnés à leur sort, en quête d’une famille qui voudrait bien d’eux. Il se créa alors dans cet orphelinat un climat de famille comme Tomas n’en n’a plus jamais connu depuis.

    Ne croyez pas que parce qu’il était dans un orphelinat sa vie lui a été triste, ou ennuyeuse en quelques points, non, non loin de là. Car non seulement il s’occupait mais s’occupait intelligemment : Il cultivait aussi bien son esprit que son corps. Son esprit par l’école (puis le collège et le lycée), ainsi que les nombreux livres qu’il lisait à longueur de journée quand il ne faisait pas autre chose. Comme par exemple aller voir son professeur de boxe attitré. Non, il ne s’était pas inscrit dans un club de boxe, mais un ancien professeur de sport à la retraite avait accepté de lui apprendre les bases en Boxe française (il disait toujours : « Se servir autant de ses poings que de ses pieds, c’est ça le secret pour terrasser presque tous les adversaires ! »), ainsi qu’en Taekwondo et en karaté. Ces deux disciplines-là lui servaient surtout à accroître sa souplesse, son self-control et son agilité qu’autre chose, il n’a d’ailleurs pas poursuivi ces disciplines. Mais hormis cela, il appris les danses traditionnelles Irlandaises, grâce aux religieuses présentes qui leur apprenaient cela le mercredi après-midi pour ne pas qu’ils s’ennuient.

    Voilà ce que je voulais dire par « cultiver son corps ». Et encore, les cours du vieux n’étaient qu’une petite partie de cette culture ; en effet, cela était sans compter les longues heures d’entraînements et de musculation qu’il faisait après les cours.
    Son apprentissage de la boxe ne se fit qu’entre ses 7 et 14 ans, vous comprendrez pourquoi plus tard. Cependant, cela n’empêcha pas Tomas de s’entraîner, loin de là. A défaut de pouvoir se servir de la salle de boxe, quand celle-ci était fermée, il frappait sur des sacs de riz (du genre les sacs de 5 ou 10Kg facile) ou tout autre grains et graines qui pouvaient se retrouver conditionner dans un sac, et utilisant les sac vide (rempli avec des galets selon le poids qu’il désirait soulever) qu’il avait fixé à des barres métallique comme altères. Qui a dit que Tomas se faisait appeler Mc Gyver ?

    Pour ce qui est de cultiver son esprit, Tomas lisait beaucoup malgré ce qu’on pourrait penser ; il enfreignait souvent l’heure du couvre-feu afin de lire plus longtemps qu’il lui était autorisé (ça lui a d’ailleurs valut plusieurs punitions à l’époque…). Mais il n’hésitait pas non plus à poser des questions quand quelque chose lui échappait. Il devint ainsi très observateur, ce qui l’aida beaucoup plus tard.

    Mais pourquoi son professeur de boxe n’a-t-il pu continuer l’entraînement de Tomas ? Très simple : Il est mort avant. Mais pas seulement lui. Tous ceux qui vivaient avec lui à l’orphelinat. Voici comment cela s’est déroulé :

    C’était un soir comme les autres de l’année de ses quatorze ans, et Tomas revenait d’une de ses séances d’entraînement sur sac lorsqu’il vit un groupe de cinq personnes dans l’église. Cinq personnes en somme toutes banales, certains semblaient albinos ; venaient-ils des pays de l’Est ? Sûrement. En tout cas, Tomas ne fit pas plus cas que cela de ces gens. Il n’était pas rare que des voyageurs demandent refuge à l’église pour une halte. Il repartit donc normalement dans sa chambre, qu’il partageait avec deux autres enfants de l’orphelinat, tous deux ses cadets. Ce ne fut que vers le dîner qu’il commença à se poser des questions à leur propos. Pas tant parce qu’ils ne mangeaient pas, peut-être étaient-ils des pèlerins qui jeûnaient ou ne mangeaient que peu jusqu’à leur destination, mais à cause de leur attitude comploteuse. Ils discutaient entre eux à voix basse (chose logique dans une église), en désignant d’un habile coup d’œil tel ou tel enfant voir adulte de l’orphelinat. Oh ! C’était discret, mais Tomas avait un œil de lynx et lorsqu’il s’intéressait à quelque chose, les moindres détails lui apparaissaient clairement (ou presque disons).

    Inquiet de ce que ces personnes avaient pu comploter (car il a beau avoir un œil de lynx, il n’a pas l’ouïe qui va avec dommage…), il tenta de prévenir le directeur et père de l’orphelinat, de le mettre en garde contre ces personnes. Mais personne n’accepta de le croire (sauf un petit de six ans qui en cessait de répéter d’une voix enfantine un poil boudeuse "G’and frère Tom il dit rien que la vérité d’abord !" ce qui attendrissait Tomas sans pour autant l’aider). Bien, qu’ils fassent ce qu’ils veulent, si jamais il y avait un problème ou des vols, on ne pourra pas dire qu’il ne les avait pas prévenus. Ce soir-là il resta encore très tard à lire un roman, et vers deux heures du matin Tomas entendit un drôle de bruit provenant du couloir. Croyant à un voleur, il se saisit de la batte de cricket, qu’il gardait toujours sous son lit en cas de problème, et sortit sans un bruit, allant doucement, guettant chaque tournant de couloir, chaque coin d’ombre…Pour finalement entendre une voix quelques pas en avant. Celui d’un des enfants. Mais il n’arrivait pas à comprendre ce qu’il disait, alors, risquant le tout pour le tout, Tomas sortit la tête de sa cachette et observa…Il aurait préféré avoir eu un sommeil de plomb à ce moment-là. Ne s’être jamais levé, n’avoir jamais vu ce qu’il a vu cette nuit-là.
    Devant lui, il vit un être visiblement pas humain, même dans la pénombre ambiante, en train de dévorer…Un des enfants plus jeunes. Se retenant de vomir tout son dîner sur le parquet, Tomas prit deux grandes inspirations et courut avec un grands cri vers la chose, attirant son attention il frappa, touchant directement à la tête. Mais il ne pouvait rien pour le jeune enfant qui s’était fait attaqué. Voyant que la chose ne bougeait plus depuis plus de dix secondes, Tomas courut dans les couloirs, cherchant le père supérieur, ou même une des religieuses, mais tous étaient morts. Il ne saviat pas ce qu’étaient ces choses, mais une chose était sûre dans sa tête : Il devait fuir, et vite !

    Prenant le risque de repasser par sa chambre prendre des chaussures, il remarqua que le corps de la chose qu’il croyait avoir assommée n’était plus là. Pressant le pas, il mit à même ses pieds les premières chaussures qui passaient, son portefeuille et fuit l’orphelinat, croyant être tranquille. Mais il fut suivit par deux des cinq créatures qui ont attaquée l’orphelinat, et il courut plus vite, regardant de temps en temps derrière lui, vérifiant si ses poursuivant le suivaient toujours. Il ne faisait pas attention à où il courait, il courait, point final. Quand il ne vit plus personne derrière lui, il s’arrêta dans sa courses, prenant le temps de bien observer l’obscurité, au cas où. Si attentif à là d’où il venait, il ne vit que bien trop tard la voiture qui arrivait, et il fut renversé, perdant connaissance pour deux bons jours.

    Quand enfin, au bout de deux jours, Tomas se réveilla, ce fut pour se trouver devant un plafond blanc, dans un lit tout aussi blanc, avec à son chevet un gars tout aussi noir…Hep, hep, hep…Minute papillon. Noir ? Se tournant une nouvelle fois vers le type à son chevet, il le regretta bien vite vu la douleur qui le lança à l’arrière de sa tête.

    "Hey, calmes-toi petit, tu es resté inconscient deux jours tout de même…"
    "Hein ? Inconscient ? Deux jours ?! Comment ça ? Et puis vous êtes qui d'abord?"
    "Oui, tu t’es fait renverser par une voiture en pleine nuit avant-hier, on t’a amené à l’hôpital, et voilà. Quant à moi je suis l'inspecteur Sheridan."
    "Ah bon ?"
    L’homme le regarda, surpris.
    "Tu ne te souviens plus ?"
    "Visiblement non. Je devrais me souvenir de quoi ?"
    "Hum…Quelle est la dernière chose dont tu te rappelles ?"
    "D’avoir lu jusqu’à deux heures du matin…Pourquoi ?"
    "Rien d’autre ?"
    "Non ! Deux fois, la troisième je cogne ! On m’explique où on va jouer aux devinettes encore longtemps ?"
    L’homme regarda Tomas longuement, puis lui annonça, le visage sombre, après un soupir.
    "Tous les habitants de l’orphelinat où tu vivais ont été tués. Sans exceptions. Sauf toi."

    Cette nouvelle fit un choc dans le crâne du jeune adolescent, et retombant lourdement sur le coussin du lit, il fixa de longues secondes le plafond, assimilant la nouvelle de la mort de toute sa famille. Sa presque famille disons. Mais même. Tellement de questions se bousculaient dans sa tête. Pourquoi ? Par qui ? Pourquoi lui était encore vivant ? Pourquoi ne se souvenait-il rien de cette nuit-là ? Que s’était-il donc bien passé cette nuit là ? Pourquoi.. ?Pourquoi ? Pourquoi ?!

    "Ne te sens pas coupable, ça n’est pas ta…"
    "La ferme…C’est pas toi qui viens de perdre ceux qui étaient ta famille, alors le corbeau tu te tais !"

    Mouché par l’acidité qu’il sentait dans la voix du plus jeune, l’homme ne dit rien, et sortit de la chambre, sans un mot de plus.

    Deux semaines plus tard, Tomas était autorisé à sortir de l’hôpital, il n’avait plus vraiment d’endroits où aller. Pendant près de deux mois, il erra dans les rues de Kilkenny, cherchant chaque soir un nouvel abri. Puis un jour, il venait d’atteindre ses quinze ans, et un camion s’arrêta à son niveau, le conducteur lui proposant de monter. Hésitant au départ, Tomas finit par monter.

    "Tu faisais peine à voir gamin. Qu’est-ce que tu fais comme ça au bord de la route par un temps pareil ? T’as fugué ?"
    Tomas allait répondre quand l’homme lui recoupa la parole.
    "En fait, tu veux que je te dise, je m’en fiche en fait, j’avais juste pas le cœur à laisser un gamin au bord de la route. Pas vrai vous autres ?"

    Des voix criant des ‘oui’ et des ‘pour sûr Hibernius !’ arrivèrent de l’arrière du camion et Tomas se tourna vers la paroi qui séparait les deux parties du camion, et le conducteur ouvrit une petite trappe dans la paroi, laissant Tomas voir les quelques personnes qui se trouvaient à l’arrière et Tomas les observa tour à tour, avant de revenir à l’observation de la route.

    "Vous êtes… ?"
    "Une troupe de cirque. On sait ce que c’est que de ne pas avoir de toit fixe, alors on ne rechine pas à offrir notre aide."
    "Ah…"
    "Ca te dit de te joindre à nous ?"
    "Euh…Si vous voulez faire foirer votre spectacle…Je veux bien. Je ne connais rien, à part quelques bases de boxes et encore…"
    Le nommé Hibernius rit aux éclats et lui donna une tape dans le dos qui manqua de lui faire embrasser le tableau de bord.
    "T’en fais pas pour ça, même si tu ne fais pas de numéros, une paire de bras en plus n’est jamais de trop."
    Réfléchissant un instant à la proposition, Tomas finit par accepter, ce qui fut accompagné par plusieurs cris de joie.

    Ainsi, Tomas découvrit la vie qu’avaient les saltimbanques, se fit pas mal d’amis, dont le lanceur de couteau et le charmeur de serpent. Tous les mois ils échouaient dans une nouvelle ville, montaient les tentes et se montraient au publique comme les artisans du spectacle qu’ils étaient. Mais il y avait une tradition : Tous les ans ils revenaient un moment où à un autre à Glasgow, la ville natale d’Hibernius, et endroit où ils faisaient toujours un bon chiffre de vente.

    Cinq ans passa comme ça, il ne se produisait pas, il aidait aux tâches ménagère, préparait la piste entre deux numéros, vendait les jouets et confiseries avant et après le spectacle, s’occupait de la billetterie…Bref, ce genre de chose. Jusqu’au jour où l’assistante de Jimmy (le lanceur de couteau), se blessa à la jambe, l’empêchant de faire son tour. En dernier recourt il demanda à Tomas de la remplacer, ce qu’il accepta, bien qu’il fut un peu nerveux au départ, une fois sur la piste, dans son habit de clown, sa moitié de masque sur le visage, il ne tremblait pas, il était calme, plus calme qu’il ne l’avait jamais été…Ce qui étonna aussi bien que mortifia Jimmy. Lorsqu’ils sortirent de scène, Hibernius lui-même lui dit que son calme face aux couteaux de Jimmy l’avait effrayé. Quiconque de non entraîner à ce tour avait peut normalement, même Hibernius avait testé et avait finit par s’évanouir à la fin du test. Haussant les épaules, Tomas commença alors sa petite vie d’acrobate par la suite. Il usait de corde à nœud, de barres asymétriques, d’une corde raide aussi. Bref, il usait de sa force et de sa souplesse pour produire un numéro d’acrobatie. Son nom de scène était O’Malley, en référence au chat des Aristochats, comme lui il était rigolard, comme lui il connaissait sa ville comme sa poche, comme lui ; il était un chat des rues. A présent il se sentait vraiment faire partie de la troupe. Il ne retrouvait pas cette ambiance de famille qu’il avait connu à l’orphelinat, non, c’était plus comme une grande aventure avec ses plus proches amis. La vie continua ainsi durant près de dix ans. Jusqu’à ce que Tomas quitte la troupe en tout cas.

    En effet, à l’âge de trente ans, le jeune garçon avait bien évolué. Il avait prit de la carrure, en agilité, s’était forgé un caractère et des nerfs d’acier, avait les cheveux longs, avait prit goût à la cigarette (ouuh pas bien XD) même. Bref, il était loin du petit gringalet au bord de la route quinze ans plus tôt. Ca n’empêchait pas qu’il eut envie de poser ses valises.

    "Mais pourquoi Tomy-Tom ? Ton numéros d’acrobatie est très apprécié." Lui avait dit Jimmy, le jour où il annonça sa désertion du cirque.
    "J’ai envie de poser mes valises. J’adore cette vie, mais…Je sais pas, j’ai juste envie de me poser."
    "Toi…Je suis sûr que je connais la raison !" Annonça alors Catherine, l’une des trapézistes du cirque.
    "Ah oui ? Tu me connais donc si bien que ça princesse ?"
    "C’est à cause d’une fille avoue !" lanca-t-elle attirant sur Tomas des sifflets aguicheur et des regards amusés. C’est vrai qu’il n’était pas connu pour ses aventures amoureuses bien qu’il en ait eu quelques unes.
    "Non. Raté, retente ta chance princesse."
    "Un homme ?!" avait tenté Jimmy récoltant des rires de toute part. "Bah quoi ?"
    "Rien, Jimmy, rien…Et non, pas un homme non plus. Pas un animal non, pas d’histoire de quoi que ce soit derrière cela !" Finit Tomas en riant. "J’ai juste envie de me poser."
    "Bien" commença Hibernius "Dans ce cas on ne va pas te retenir, mais tu nous manqueras."
    "Parles pour toi Hibernius, je suis bien contente de ne plus sentir de mains aux fesses chaque matin !" Conclut Catherine avec un grand sourire.
    "Oh ! Ose dire que ça ne te manqueras pas !" Ajouta Tomas en illustrant ses paroles par une tape sur les fesses de son amie.

    Tous partirent dans un grand rire puis le lendemain, Tomas regarda les camions du cirque quitter Glasgow. Il avait dit que même s’il se posait, il resterait à Glasgow, pour les voir chaque année, voir même participer au Show s’il se sentait suffisamment d’attaque.

    Se poser c’est bien beau, mais encore fallait-il savoir ce qu’il allait faire par la suite…Bon, déjà il a refait sa carte d’identité, prenant O’Malley comme nom de famille, en honneur à d’une, ses origines irlandaises, et de deux au cirque qui lui ont tant apporté. Mais après ? Il devait trouver un boulot, un appartement, des meubles…Pendant quelques heures il se demanda s’il avait bien fait et s’il ne devrait pas tenter de retrouver le cirque. Mais il avait son choix, et il allait faire ce qu’il a toujours fait : Assumer. Il a décidé de quitter le cirque, il assumerait son choix.
    Il fit la liste des compétences qu'il avait. Ses muscles, ça on est ok. Il ne pouvait pas devenir acrobate, comme métier hors d'un cirque c'est pas vraiment ça...Il avait bien appris quelques tours de magies par-ci par-là avec le prestidigitateur du cirque, mais c'est pas vraiment ça...En tout cas il en était là: Il n'avait pas de diplôme pas de compétences qui lui permettait de trouver un travail rapidement...Il commençais à se demander sérieusement comment il allait s'en sortir. Il cherche, plus de deux mois, puis finit par bosser pour dans un garage comme apprenti. Au départ. Mais il apprenait vite, bossait bien, et finalement il eut un job de garagiste à temps plein au garage. Même si pour certains anciens il doit encore faire ses preuves, ils ne peuvent nier la qualité de son travail. Voilà à présent six ans qu'il bosse comme ça, se laissant porter sur le fleuve de la vie tranquillement, revoyant ses amis du cirque dès qu'ils passent en ville.


HORS-JEU



    [*]Comment avez vous connu le forum : Par moteur de recherche

    [*]Célébrité Sur l'Avatar : Hugh Jackman

  • Autre chose sur vous : Euh…J’ai rien à dire, c’est grave Docteur ? XD



Dernière édition par Tomas O'Malley le Sam 12 Déc - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rose Tyler
Beyond here lies nothin'
avatar

Mes écrits : 250
Date d'inscription : 22/09/2009

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 3:09

Ta fiche est très complète et j'aime beaucoup l'histoire, notamment la partie sur la troupe de cirque. Je ne vois rien à redire, je pense que tu seras validé dès que le Docteur passera par là.

Bienvenue et bon jeu parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Cooper

avatar

Mes écrits : 153
Date d'inscription : 08/08/2009

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 9:00

AHHHHHHHHHHH HUGH!!!

bienvenue!!! bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Tomas O'Malley

avatar

Mes écrits : 13
Date d'inscription : 11/12/2009

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 11:49

Merci mesdemoiselles ^^
Revenir en haut Aller en bas
Donna Noble

avatar

Mes écrits : 124
Date d'inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 13:59

Bienvenue sur le forum en espérant que tu y passeras de bon moment.

Pour ce qui est de ta fiche un tant soit-il bien complète c'est un grand validé.

__________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Kit by Le Docteur.

Donna's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Ianto jones
♪ My name's Jones, Ianto Jones ♫
avatar

Mes écrits : 719
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 14:37

Bienvenue Calin
Revenir en haut Aller en bas
Alex Mercer
Neither Master, Nor God!
avatar

Mes écrits : 475
Date d'inscription : 07/09/2009

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 15:11

welcome My dear ! bienvenue Calin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 15:36

Bienvenu Monsieur O’Malley.
Revenir en haut Aller en bas
Tomas O'Malley

avatar

Mes écrits : 13
Date d'inscription : 11/12/2009

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Sam 12 Déc - 16:55

Chouette! Je suis validé! *fonce jouer XD*

Ahem, et merci à tous ^^
Revenir en haut Aller en bas
The Doctor
Ѕir Đocτєur du Тαrđis
Ѕir Đocτєur du Тαrđis
avatar

Mes écrits : 1432
Date d'inscription : 01/08/2009
Humeur : Monstrueuse

MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   Dim 13 Déc - 16:55

Bienvenue ! Jolie fiche d'ailleurs.
J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous !

__________________
Spoiler:
 
~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tomas O'Malley   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tomas O'Malley
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BadWolf -Saison II : Shadow's Earth :: Personnage RPG :: Personnages Inventés :: Fiches Validées-
Sauter vers: